Coopération décentralisée

Extrait du compte rendu du Forum mondial de l’eau "Mexico 2006"

Par Localiban | - mis à jour :

Cet article est extrait du compte rendu de la conférence " Mexico 2006".

Programme de coopération décentralisée avec deux municipalités
libanaises : élaboration d’un schéma directeur d’assainissement et
construction d’un réseau de collecte des eaux usées et d’une
station d’épuration dans un lotissement de 80 habitations.


Lille Métropole Communauté Urbaine (Nord)
1 rue du Ballon, BP 749 - 59 034 Lille cedex - France
Mr Pierre Mauroy, président
Mme Danièle Defontaine, vice-présidente chargée de la coopération décentralisée

Collectivités bénéficiaires :

Fédération des Municipalités du Chouf es Souayjani, Liban
Me Nouha Ghosseyni, présidente (Maire de Baaqline)
Municipalité de Bkassine, Liban
Mr Abdallah Saad, maire

HISTORIQUE DU PROJET

Lille Métropole Communauté urbaine développe depuis
1999 des actions de coopération décentralisée avec des
municipalités libanaises.
Ces programmes ont été initiés après l’organisation
d’élections municipales libres au Liban en 1998.
Malgré ce pas très important dans le processus démocratique
local, la situation des gouvernements locaux et des
municipalités reste très précaire en termes d’autonomie
financière et institutionnelle. Elles souffrent également
d’un déficit de moyens en personnel technique pour
gérer leurs projets de développement et apporter les
services publics de base à leur population.
La première convention de coopération décentralisée a été
signée par la Fédération des Municipalités du Chouf es
Souayjani et Lille Métropole Communauté urbaine en 1999.
Cette Fédération regroupe neuf municipalités et environ
40 000 habitants.


OBJET

Lille Métropole a appuyé la Fédération dans l’étude des
besoins de son territoire en matière de gestion des eaux
usées. Les termes de référence pour la réalisation d’un
schéma directeur d’assainissement ont été élaborés par
les deux partenaires, qui ont contrôlé conjointement le
travail confié à un consultant au sein d’un comité de
pilotage.
Des travaux de construction des différents ouvrages
préconisés par ce schéma directeur sont actuellement en
cours avec des financements de l’Etat libanais.

Une autre expérience est menée avec la municipalité
de Bkassine (10 000 habitants), dans le cadre d’une
convention de coopération décentralisée signée en 2004.

Ce programme concerne un lotissement de 80 habitations
construit dans les années cinquante après qu’un
tremblement de terre ait détruit une partie du village.
Ce lotissement était initialement conçu comme une
réponse temporaire à la catastrophe et est de ce fait
dépourvu d’infrastructures de collecte et de traitement
des eaux usées.
Sa situation sur une colline en fait une menace pour la
qualité de la ressource en eau potable.

Un schéma de gestion des eaux usées a donc été établi par
un bureau d’études spécialisé pendant la première étape
du programme de coopération décentralisée en 2004.
Une nouvelle convention de coopération a ensuite été
signée par Lille Métropole Communauté urbaine et la
municipalité de Bkassine pour la période 2005-2006-2007
dans le but de permettre la construction d’un réseau de
collecte des eaux usées et d’une unité de traitement à
l’échelle du lotissement.


DEROULEMENT

Ces deux projets de coopération décentralisée reçoivent
un appui financier important du ministère des Affaires
étrangères au titre du Fonds de Solidarité Prioritaire.
Les collectivités partenaires apportent leurs contributions
respectives sous forme d’apport financier et de mobilisation
de techniciens.

Les actions développées ont un impact significatif à
différents niveaux :

• Impact social : accès à l’assainissement ;

• Impact environnemental : Protection de la ressource en
eau potable ;

• Impact politique et institutionnel : selon les lois et la
réglementation en vigueur au Liban, les autorités nationales
sont en charge de la gestion de l’eau et de l’assainissement.
Mais la réforme engagée en 2001 concernant
la politique nationale de ce secteur n’est pas encore
entrée en apllication. Ces actions de coopération décentralisée
sont une démonstration du rôle que pourraient
ou devraient jouer les municipalités dans le gestion de
l’eau et de l’assainissement.

• Renforcement des capacités locales : le suivi des deux
programmes de coopération a conduit à la création d’une
agence de Développement Municipal, soutenue par
l’association Tadamoun Wa Tanmia qui est chargée par
les collectivités partenaires de la mise en oeuvre opérationnelle
des programmes.

Au-delà de la construction d’infrastructures, le défi à
relever par les municipalités libanaises bénéficiaires de ces
programmes est d’assurer la pérennité des équipements
et des ressources humaines affectées à leur maintenance.

La relation engagée sur le long terme à travers les différentes
conventions de coopération décentralisée depuis
1999 y participera sans aucun doute.