Coopération décentralisée

Appel à projet pour la sécurité routière au sein de la Fédération des Municipalités du Chouf Es Souayjani

Par Localiban | - mis à jour :

English |  عربي

Résumé

La sécurité routière au sein de la Fédération des Municipalités du Chouf Es Souayjani est éphémère. Cette constatation est facilement soutenue par une observation du nombre d’accidents relevé sur le réseau routier. Comme la majorité des régions libanaises, la région du Caza du Chouf a vécu une période de développement croissant et rapide durant les années de guerre 1975, suite aux déplacements des réfugiés fuyant l’atrocité de la guerre civile de Beyrouth et de ses environs. Cette croissance a eu lieu sans aucune planification au préalable. Une infrastructure adéquate et efficace se trouve donc indispensable. Afin d’aboutir à cela, une série de recommandations se présente comme suivant :

D’une part :

  • Une bonne signalisation routière.
-* Un éclairage adéquat dans certaines zones (efficacité dans des conditions climatiques difficiles).
-* Implantation de signalisations routières adéquates afin de réduire et contrôler la vitesse de roulement dans les zones urbaines.
-* Réhabilitation des ronds-points, carrefours, échangeurs etc. (même y créer d’autres dans des zones qui en ont besoin).
-* Réhabilitation des ronds-points, carrefours, échangeurs etc. (même y créer d’autres dans des zones qui en ont besoin).
-* Renforcement de la sécurité aux bords des routes principales. Mettre des barrières ou autres, etc.
-* Réaménagement des trottoirs et passages pour les piétons, etc.

D’autre part, des mesures d’interventions législatives se trouvent indispensables au développement du projet d’amélioration de la sécurité routière de la région. Afin d’achever cela, il faut cependant assurer ;

  • Des mesures permettant l’appropriation de certains terrains ou parties de ces terrains afin d’élargir des voies véhiculaires, surtout pour que les interventions soient conformes aux normes « LEBNOR ».
-* Des modifications de directions de circulation véhiculaire dans certains tranchés de routes (surtout à l’intérieur des noyaux des villages) afin de réduire les zones de congestion.
-* Une supervision municipale locale contrôlant le déroulement du système de circulation et le respect des lois de circulation.

Sommaire

1. Préambule
2. l’étude déjà préparée dans le domaine de la sécurité routière
3. les actions à prendre en vue d’assurer la sécurité routière au Chouf Souayjani.
3-A Action 1
3-A-1 Le rapport des points noirs ayant besoin d’une intervention urgente pour assurer la sécurité routière :
3-A-2 la replanification de certaines sections du réseau routier avec mise en place d’une bonne signalisation routière.
3-B Action 2
3-C Action 3
4. Délais et estimations de coûts des actions

1. Préambule

Dans le domaine de la sécurité routière, certes, le Liban doit franchir des pas importants par le biais d’une stratégie visant le développement de la législation routière, le renforcement de l’infrastructure routière, l’amélioration du parc automobile national et le renforcement du contrôle technique des véhicules.

Le sujet est complexe, admet-on, au ministère des Transports où la révision du Code de la route est actuellement à l’étude. La sécurité routière est en effet tributaire d’actions multiples dans plusieurs domaines : l’infrastructure routière, l’éducation et le comportement des conducteurs et autres usagers de la route, l’état du parc automobile, les dispositions réglementaires, l’organisation des services de prévention et de secours, etc.

Comment peut-on agir au niveau de la Rubrique 111 qui comprend les 9 communes suivantes : Rubrique 157, Aathrine, Rubrique 165, Rubrique 167, Rubrique 168, Rubrique 163, Rubrique 162, Rubrique 166, Rubrique 158.

Le projet en question vise à améliorer la sécurité routière sur les routes de ces neuf communes. Le réseau routier comprend aussi bien des sections urbaines, interurbaines ou de rase campagne. En traitant la sécurité, le projet vise également à améliorer les conditions de déplacements des piétons autant que le trafic. Il convient donc de mener des travaux de remodelage de certains carrefours ou sections routières du réseau routier, mettre en place des signalisations routières, établir des dos d’âne avec passages pour les piétons, etc… et ce afin de pouvoir assurer la sécurité routière sur notre réseau routier.

2. l’étude déjà préparée dans le domaine de la sécurité routière

En ce qui concerne le volet sécurité routière de la convention de coopération décentralisée entre Rubrique 20 et la Fédération des Municipalités du Chouf Es Souayjani, une étude spécifique pour améliorer la sécurité routière sur les routes des neuf municipalités du Chouf Souayjani a été lancée sous la direction d’un comité de pilotage du projet et la surveillance technique de Rubrique 20 (Mme Annette Darnel, élue de Rubrique 20, responsable de ce volet au sein de la Communauté et Mme Martine Arnault ; responsable des études de sécurité Routière a la Communauté).

Les tâches relatives à cette étude ont été assurées par un consultant spécialisé en études de transport et Sécurité routière ayant auparavant exécuté des projets comparables à celui en question.

L’étude a été établie suite à un état des lieux de l’existant basé sur une mise en évidence thématique de la situation actuelle (de référence) et des principaux enjeux. Ensuite, un plan d’actions a été proposé pour le court, moyen et long terme.

Objectifs

Phase 1 : Choix des sites à traiter

  • Recueil de données quantitatives et qualitatives ;
  • Enquêtes auprès des élus ;
  • Hiérarchisation des sites à traiter à partir des enjeux de sécurité identifiés par le Bureau d’études ;
  • Présentation d’un rapport d’étape et validation par le Maître d’Ouvrage du Programme.

Phase 2 : Elaboration d’un diagnostic détaillé pour chaque lieu retenu et plan d’actions assorti de propositions d’aménagement.

Quant à la méthodologie détaillée de cette étude :

Le diagnostic de la situation actuelle a été établi en se basant sur l’analyse des données disponibles, des visites de terrain couplées en tant que de besoin par des entretiens avec les principaux acteurs ou citoyens rencontrés sur les lieux visités.

Le choix des sites à traiter a été défini suite à un recueil de données quantitatives et qualitatives :

  • Recueil des données statistiques des accidents de la route à l’échelle de la Fédération ;
  • Prise en compte des souhaits des chefs de Municipalités, en matière d’aménagement sécuritaire ;
  • Identification des zones d’accumulation d’accidents (points noirs) ;

Parallèlement a ce travail en ce qui les points noirs où la sécurité routière n’est pas assurée, La Fédération des Municipalités du Chouf Es Souayjani a mené une étude détaillée du souk de Baqaata, visant la garantie de la sécurité routière dans ce souk (piétons et véhicules). Cette étude sera exposée ultérieurement dans cette demande.

3. les actions à prendre en vue d’assurer la sécurité routière au Chouf Souayjani.

En étudiant les rapports de la section de polices de la Fédération des Municipalités du Chouf Es Souayjani concernant les accidents d’automobiles et le nombre des blessés et morts conséquents, la Fédération des Municipalités du Chouf Es Souayjani se trouve dans l’obligation de traiter le sujet de la sécurité routière sur trois volets :

  • Action 1 : Intervenir sur cent points difficiles dans plusieurs carrefours ou sections sur le réseau routier des communes du Chouf Souayjani. Cinquante points difficiles sur les routes principales de la région, peuvent être considérés comme noirs et sont identifiées dans le rapport du Consultant (pour plus de détails voir Annexe 1). Les autres points se trouvent sur les routes secondaires et tertiaires.
  • Action 2 : Améliorer la sécurité des piétons et des véhicules dans le souk de Baaqata.
  • Action 3 : Mener une campagne de sensibilisation auprès de la population locale en vue de refuser la fatalité des accidents de la circulation, tout en diffusant des moyens à mettre en oeuvre pour assurer la sécurité routière dans les communes de Chouf Souayjani.

3-A Action 1

3-A-1 Le rapport des points noirs ayant besoin d’une intervention urgente pour assurer la sécurité routière :

Le consultant a effectué des visites "terrain" approfondies permettant de mieux appréhender l’insécurité et a identifié les dysfonctionnements des lieux prédéfinis (carrefours ou sections routières). Ces visites ont permis également d’appréhender concrètement les types et conditions de déplacements des habitants.

Le consultant a présenté au Maître d’ouvrage un rapport détaillé comprenant les zones d’accumulation. Il a hiérarchisé les points à risques du réseau routier. Il a mis en évidence les enjeux auxquels est confrontée la Fédération pour améliorer la sécurité routière sur le réseau pré-défini, et a présenté clairement les priorités qui seront la base du plan d’actions à recommander dans ce rapport (pour plus de détails voir Annexe 1 ci dessous)

 
PDF - 86 ko
Annexe 1-A - Besoin en matière de signalisation de Ain Ouzain
PDF - 112.7 ko
Annexe 1-B - Besoin en matière de signalisation de Ainbal
PDF - 235.4 ko
Annexe 1-C - Besoin en matière de signalisation de Gharifeh
PDF - 148.5 ko
Annexe 1-D - Besoin en matière de signalisation de Jdaideh
PDF - 123.1 ko
Annexe 1-E - Besoin en matière de signalisation de Semqaniyeh

Le rapport a pris en considération les points noirs existant sur les routes principales traversant les communes du Chouf Souayjani seulement. Ils sont au nombre de cinquante. Quant aux rues secondaires et tertiaires, il existe encore cinquante autres points noirs, notamment a l’intérieur des centres traditionnels de ces communes où les 6 rues ne répondent que difficilement aux exigences de véhicules, elles étaient élargies anarchiquement sans aucune planification au préalable, ce qui cause des accidents, parfois corporels contre les piétons traversant ces rues (le plus souvent).

Un plan d’actions répondant aux enjeux et priorités définies et résultant d’une politique globale définie au niveau de la Fédération, peut être considéré très concret et prêt a l’exécution pour assurer la sécurité routière sur l’ensemble du réseau routier du Chouf Souayjani, avec un objectif visant à démarrer des actions spécifiques à court terme et à proposer un programme pour effectuer d’autres actions à moyen terme suivant leur priorité.

Chaque site a fait l’objet d’une proposition d’aménagement chiffrée et plusieurs phases. Ces aménagements pourront recouvrir plusieurs degrés de complexité : pose d’un miroir, aménagement paysager, pose d’un ralentisseur, implantation de panneaux de signalisation (de police ou directionnelle), modification de la géométrie d’un carrefour…

3-A-2 la replanification de certaines sections du réseau routier avec mise en place d’une bonne signalisation routière.

L’amélioration des infrastructures est un axe important d’action pour la sécurité routière. Le volet routier comprend de nombreuses opérations qui concourent à l’amélioration du réseau routier : déviations d’agglomérations, mises à 2x2 voies, traversées d’agglomérations sécurisées. De même, il faut repenser la signalisation routière, améliorer l’état des signaux routiers, les textes de référence, les liens utiles, etc. Cette partie est encore objet d’étude à la Fédération des Municipalités du Chouf Es Souayjani.

Une cartographie de l’emplacement des signes routiers a été établi (voir Annexe 2). Nous attendons le financement nécessaire pour lancer les travaux d’exécution.

Annexe 2 : Pour afficher ou télécharger l’original disponible en format .pdf cliquez sur l’image

PDF - 1.5 Mo
Annexe 2 : Cartographie de l’emplacement des signes routiers sur les routes
Cartographie de l’emplacement des signes routiers sur les principales routes
dans tous les communes dans la Fédération du Chouf El Souyjani

3-B Action 2

Le problème le plus grave en matière de sécurité routière reste sur la route principale de Baqaata où se trouve le souk le plus fréquenté au Chouf Souayjani.

Quelle est la situation de ce souk ?

Baqaata fait partie d’une localité traditionnelle "Rubrique 163". Elle est restée jusqu’aux années soixante des terrains vagues et en friche où existe, sur un Carrefour, un cimetière des martyrs de 1958 et quelques boutiques sur la route principale du Caza du Chouf. Cette agglomération a bénéficié d’une situation et d’un site privilégiés pour devenir, à partir de 1976, un centre urbain contrariant son environnement rural.

Le carrefour colonisé par quelques commerces avant 1975, devient ensuite un centre appréhendé non seulement à titre commercial, mais aussi comme centre d’un espace déterminé.

L’organisation de l’espace de Baqaata est réalisée au hasard des transactions foncières. Les investisseurs (qui ne sont pas, en majorité, de sa population bien enracinée) ne manquent aucune occasion de rechercher la plus grande rentabilité, en l’absence d’études urbanistiques et d’interventions de la part de l’Etat en matière de planification.

Ainsi, cette localité ne peut pas échapper au désordre de son aménagement urbain. Les efforts actuels de la Fédération des Municipalités du Chouf Es Souayjani et de la municipalité de Rubrique 163 sont très grands pour faire face aux problèmes engendrés par cette implantation humaine anarchique sur ce site, depuis près de trente ans.

De nos jours, le tracé et la largeur des rues ne correspondent que rarement aux exigences du trafic automobile. Ajoutons-y la construction incontrôlée d’immeubles élevés qui complète le désordre actuel.

Tel est le cas aussi des quartiers nouveaux de Rubrique 158 où de nouveaux établissements commerciaux et artisanaux longent la route principale de Baqaata ; et se soudent avec ceux du Souk de Baqaata, comme une extension de ce dernier.

Habitat et conditions de vie dégradés, grand nombre d’immeubles mal entretenus, déséquilibre social, sous-équipement (lignes électriques aériennes, parkings non suffisants, traitement mauvais des sols, manque de trottoirs et passages pour les piétons), image déficitaire de ces quartiers ; tout cela est mal vécu par les habitants (voir Annexe 3 )…

Annexe 3 : Pour afficher ou télécharger l’original disponible en format .pdf cliquez sur l’image

PDF - 439.8 ko
Annexe 3 : Etat des Lieux actuel en Image

La problématique s’impose : comment peut-on remédier à cette situation et assurer la sécurité routière dans ce souk pour pouvoir valoriser les conditions de vie des résidents et personnes fréquentant ce souk ?

La Fédération des Municipalités du Chouf Es Souayjani a établi un état des lieux de l’existant basé sur une mise en évidence thématique de la situation actuelle (de référence) et des principaux enjeux. Ensuite, un plan d’actions a été proposé pour les court, moyen, et long termes, suite a un projet d’aménagement pour ce souk qui porte sur :

-* le réaménagement des trottoirs pour protéger les piétons fréquentant ce souk
-* aménager les carrefours,
-* séparer entre les zones de stationnement et de circulation des véhicules,
-* indiquer les passages piétons pour traverser en sécurité la route d’un côté à l’autre.

Les détails de ce projet seront présentés dans l’Annexe 4.

Annexe 4 : Pour afficher ou télécharger l’original disponible en format .pdf cliquez sur l’image

PDF - 968.7 ko
Annexe 4

3-C Action 3

Refuser la fatalité en diffusant des moyens à mettre en oeuvre pour éviter les accidents de la circulation, tel est l’objectif de la Fédération des Municipalités du Chouf Es Souayjani qui prévoit mener une campagne de sensibilisation consacrée à la sécurité routière.

Les accidents de la route sont un fléau national qui, selon l’association YASA, coûte chaque jour la vie à 313 personnes mortes et 3586 blessés sur l’ensemble de tout le Liban. Rubrique 165, une des communes de la fédération, est la scène de vingt accidents par mois. Ces chiffres ne rendront jamais compte de la douleur, de l’incompréhension, du désarroi des familles touchées.

Parallèlement à la prévention, une répression dissuasive doit être mise en oeuvre, car ce n’est pas la route qui tue. Ce n’est pas la voiture qui tue. Mais, à travers chaque accident, ce sont des hommes ou des femmes qui causent la mort des hommes, par négligence, par imprudence, par refus délibéré des règles auxquelles obéit le partage de cet espace public qu’est la route, ou, plus simplement, par indifférence des autres… D’où l’importance capitale des actions qui doivent être mené pour influer sur les comportements de tous.