Coopération décentralisée

Coopération décentralisée au Liban (Lyon / Beyrouth)

Par Localiban | - mis à jour :

English |  عربي

Une charte est signée en 1998 1 entre la Ville de Beyrouth et la ville de Lyon. Suite à quoi, la ville de Lyon a demandé à la Communauté Urbaine de Lyon de l’appuyer dans son projet de modernisation du service de l’Office des Eaux de Beyrouth.

En 1999 une première convention de coopération décentralisée est signée entre la Communauté Urbaine de Lyon et l’Office des Eaux de Beyrouth. En 2001, cette convention est renouvelée pour deux années supplémentaires.

En 2003, suite au regroupement des divers Offices des Eaux en quatre établissements régionaux, et à la demande du ministère de l’Energie et de l’Eau, la coopération est étendue à trois établissements. Des conventions de deux ans sont signées avec les Eaux du Liban-Nord, les Eaux de Beyrouth et Mont-Liban et les Eaux de la Beqaa. Elles ont toutes été renouvelées en 2006.

En 2007, la convention avec les Eaux de Beyrouth et du Mont Liban n’a pas été reconduite. La Communauté Urbaine de Lyon concentre désormais ses actions de coopération sur les Eaux du Liban-Nord avec une thématique dominante, l’Rubrique 997.

Les objectifs :

- moderniser et renforcer les capacités de maîtrise d’ouvrage du secteur public de l’eau.
- promouvoir la gestion intégrée du cycle de l’eau.
- favoriser les démarches de concertation et de participation (usagers, acteurs locaux, autres administrations).
- des objectifs plus ciblés ont été définis selon les besoins et attentes de chaque partenaire (Etablissement d’eaux).

Description de l’action :

Les actions réalisées auprès de chacun des trois Etablissements des Eaux ont été adaptées à leurs besoins et à leurs demandes, grâce à la recherche, tout au long de leur mise en œuvre, de leur appropriation par les partenaires locaux :

- le programme de coopération fait suite à un besoin exprimé, quitte à contribuer à sa reformulation.
- la définition des objectifs et des modalités d’actions s’est faite en étroite concertation avec le partenaire et en fonction des moyens qu’il peut mobiliser.
- une fois le programme défini, les actions n’ont été engagées que lorsque le partenaire était prêt à participer activement à leur réalisation.

Résultats :

Avec l’Etablissement Public des Eaux de Beyrouth et du Mont Liban (EBML), le programme a permis :

- la réhabilitation et la modernisation du réseau de distribution pour les Eaux de Beyrouth (interventions d’entreprises françaises et libanaises),
- le transfert de nouvelles technologies : SIG et télésurveillance du réseau (en partenariat avec la Région Rhône-Alpes),
- le renforcement des capacités du laboratoire d’analyse de Eaux de Beyrouth et la mise en place de procédures de contrôle de la qualité de l’eau (dans le cadre d’une coopération triangulaire sud-sud-nord avec l’ONEP-Maroc),
- l’appui à la réorganisation des services des Eaux de Beyrouth (en partenariat avec la Région Rhône-Alpes),
- la mise en place d’une politique de protection des ressources en eau : cartographie de la vulnérabilité des ressources en eau et inventaire des points de pollution, développement d’un SIG de gestion des ressources en eau, formation d’un comité interministériel chargé de la protection de la source de Jaaita.

Dans le cadre d’accords dans le domaine la santé publique, il y a eu coopération entre les Hospices civils de Lyon et l’hôpital Hôtel-Dieu-de-France à Région Rhône-Alpes.

Notes et référennes

↑ 1 Source : Programme Solidarité Eau

Source : Rubrique 1013