Coopération décentralisée

Appui pédagogique à l’enseignement du français et en français dans les écoles officielles libanaises

- mis à jour :

English |  عربي

L’Ambassade de France s’attache tout particulièrement à renforcer l’action des formateurs de formateurs libanais :

Huit conseillers pédagogiques français positionnés sur l’ensemble du territoire libanais (4 à Beyrouth, 1 à Tripoli, 2 à Zahleh, 1 à Saida (Sidon)) sont disponibles pour apporter leur appui, sur demande des autorités libanaises, aux enseignants des écoles officielles, en collaboration avec les conseillers pédagogiques libanais et en liaison avec les personnes-ressources du Centre de recherche et de développement pédagogiques (CRDP) et les Inspecteurs.

1) Dispositif de formation continue du CRDP :

Dans le cadre du programme de coopération « Mise en place d’un dispositif permanent de formation continue des enseignants » arrivé à son terme en juillet 2007 (FSP de 1,9 Meuros sur 3 ans), le CRDP a organisé un réseau de 203 personnes-ressources de français et en français prenant appui sur 9 centres de ressources répartis sur l’ensemble du territoire.

L’Ambassade de France va désormais s’efforcer de coordonner au mieux son propre plan de formation continue avec celui mis au point annuellement par le CRDP et par ses centres de ressources, de manière à combiner au mieux l’action des conseillers pédagogiques français et des personnes-ressources libanaises.

L’Ambassade de France dotera par ailleurs ces 9 centres de ressources en documentation pédagogique régulièrement actualisée.

2) Conseillers pédagogiques de la DOPS :

Les formations qui leur sont proposées par l’Ambassade de France concernent les innovations pédagogiques et l’évaluation dans les différentes disciplines (français, mathématiques, sciences physiques, chimie, biologie), les démarches d’apprentissage appropriées à chaque niveau d’enseignement (préscolaire, primaire, secondaire) et le renforcement des compétences spécialisées (orientation, appui psychologique et social aux élèves, centres de documenttation et d’information – CDI - , projets d’établissement).

3) Formateurs de l’IPNET :

Dans les secteurs professionnels où la maîtrise de la langue française fait partie des compétences exigibles (ex : Hôtellerie-restauration), des formations spécialisées encadrées par des experts français sont proposées.

4) Inspecteurs :

Les 75 Inspecteurs libanais (Inspection pédagogique au sein de l’Inspection Centrale rattachée au Premier Ministre) bénéficient d’un plan de formation en alternance (en France et au Liban avec un tutorat d’Inspecteurs français) conçu en collaboration avec l’Ecole Supérieure de l’Education Nationale française (ESEN), qui vise à élaborer un référentiel-métier, à préciser la définition des pratiques professionnelles spécifiques à l’Inspection libanaise, à consolider les compétences en matière d’audit d’établissement et d’évaluation des enseignements et des enseignants, à élaborer des outils de suivi des performances des établissements scolaires et à participer au réseau international d’échanges entre les différents corps d’inspection.

5) Ecoles à projet d’établissement :

A la demande du Ministère Libanais de l’Éducation et de l’Enseignement Supérieur, l’Ambassade de France appuie le développement de 57 écoles publiques (auxquelles s’ajoutent 21 écoles privées) qui ont choisi de mettre en œuvre un projet d’établissement centré sur la réussite des élèves francophones, l’amélioration de la qualité des enseignements de français et en français, le renforcement des compétences linguistiques des élèves et des enseignants et de l’environnement francophone des élèves.

L’Ambassade de France y consacre un plan d’action spécifique qui permet, à chaque établissement, de bénéficier :

  • d’un suivi par des experts venus de France (CIEP) du développement de la démarche, de la rédaction et de la mise en œuvre du projet d’établissement ;
  • de stages au Liban et en France pour les directeurs de ces écoles (15 par an) et pour les coordonnateurs de français et de sciences de ces mêmes établissements (15 par an) ;
  • d’appuis documentaires pour accélérer le développement des Bibliothèques centres de documentation (BCD) et des centres de documentation et d’information (CDI) ;
  • d’activités culturelles organisées pour les élèves par les 9 Centres Culturels Français qui proposent, à titre gratuit, aux écoles officielles une variété d’activités culturelles conçues spécialement pour des publics de jeunes : Ciné-club jeune public, mois de la Francophonie (mars), festival de théâtre lycéen francophone, festival de chanson française, marionnettes, festival du conte, des ateliers (arts plastiques, expression corporelle, ateliers écriture, rencontres avec les auteurs-jeunesse dans le cadre du Salon du livre francophone de Beyrouth), découverte des questions environnementales en liaison avec les ONG impliquées dans les actions de sensibilisation.
<

Source(s)

/>