Études

Rénovation d’une maison typique libanaise du IXXe siècle

Par Localiban | - mis à jour :

Aperçu de la réhabilitation d’une maison typique libanaise, bâtie au IXXe siècle, sans dénaturer sa typologie d’origine, en respectant la topographie et les contraintes du terrain, qui permet de se faire une idée sur le style et les spécificités de construction des maisons libanaises, datant de cette époque, ainsi que des contraintes liées à leur restauration.

Identification

Objectifs de la réhabilitation : Réhabilitation en conservant au maximum l’existant
Adresse : Village de Qornet El Hamra (Caza du Matn, Mont-Liban)
Localisation de l’immeuble : Secteur diffus urbain
Environnement bâti : Densité moyenne
Immeuble protégé : Non
Maître d’ouvrage : Monsieur Joseph Tohmé
Date de réhabilitation : 2000


Description du bâtiment original

Caractéristiques de l’immeuble : Maison typique libanaise de la fin du XIXe siècle à trois arcs, formée d’un RDC (voûtes d’arêtes) et d’un étage comportant un hall central, six pièces, dont une cuisine de part et d’autres du hall, le tout couvert par une charpente en tuiles. Une inscription datée de 1872 figure sur l’une des portes intérieures donnant sur le hall central au premier étage. La bâtisse est située sur un terrain en pente dont le RDC voûté intègre le dénivelé dans ces deux niveaux de sol différents.
État de conservation avant intervention : État délabré après 40 ans d’abandon du bâtiment. Charpente en mauvais état, murs sans désordre de structure.
Usages d’origine : Domestique.
Typologie de l’immeuble : Isolée (maison libanaise à trois arcs et hall central).
Nombre de niveaux : RDC + N1.
Surface totale bâtie : 370 m².
Nombre de logements : Un seul le grand logement.
Murs : Maçonnerie en pierres calcaires hourdées, taillées dressées. Les murs intérieurs de séparation entre les chambres à l’étage sont en Baghadi (ossature en lattes de bois avec remplissage et enduit de chaux) avec des décors peints.
Plancher : Voûtes avec plancher d’origine. Plancher en béton du balcon des trois arcs.
Toiture : Charpente en bois triangulé, supportant une couverture en tuiles rouges de Marseille. Le sous-plafond de la charpente est formé de roseaux.
Revêtements extérieurs : Sans enduits d’extérieur.
Ouverture et éléments de façade : Trois arcs et ouverture rectangulaire.
Alimentation en eau : Citerne dans une partie de l’espace voûté.
Système d’assainissement : -

Études préalables et diagnostic

Etude historique, archéologique socio-économique : Un relevé complet du bâtiment et du terrain en été exécuté. L’historique de la maison a été facile à reconstituer étant bien connu du propriétaire et de ses parents. Une lecture des phases de construction sur l’existant a permis la confirmation de l’existence de quatre étapes distinctes.
Diagnostics réalisés par élément constructif : État délabré après 40 ans d’abandon du bâtiment. Charpente en mauvais état, murs sans désordre de structure.
Murs et piliers : Analyse structurale.
Planchers : Analyse structurale, sondages.
Toiture : Analyse structurale.
Revêtements : -

Projet

Le projet a pour but de rendre à nouveau la maison habitable, fonctionnelle et confortable. Pour y arriver, il a fallu améliorer l’accessibilité et augmenter les surfaces exploitables pour y loger des fonctions, sans pour autant dénaturer sa typologie d’origine, tout en respectant la topographie et les contraintes du terrain.

Une accessibilité interne au RDC voûté a été possible par la création d’un escalier dans l’épaisseur des murs et de la voûte. Un accès pour les voitures avec garage, équipements techniques a été aménagé dans une annexe indépendante de la maison et intégrée dans le sol. Le dénivelé du sol a été conservé et intégré dans l’aménagement intérieur du RDC.

À l’étage, le concept portait sur un repérage du hall central (même tronqué) pour lui restituer sa perception dès la porte d’entrée. Cet effet spatial est accentué par la transparence du sas d’entrée et la passerelle suspendue de la mezzanine. Les murs rajouts sont traités différemment des murs originaux, pour marquer les interventions.

Une rénovation de l’espace cuisine a été réalisée. Il y a eu création de salles de bains pour les chambres à l’étage et d’une mezzanine permettant d’utilisation maximale des combles en chambre à coucher.

Un démontage et remontage avec changement d’orientation de l’escalier d’entrée (pour dégager la voûte) et une réhabilitation des façades extérieures, des ouvertures, du balcon et de la toiture ont été réalisés.

Travaux de réhabilitation

Usage actuel : Habitation.
Murs : Au RDC : Démolition des murs de la citerne de l’espace voûté et réutilisation des pierres. Décapage et nettoyage des murs par sablage, l’hydrosablage s’étant avéré inefficace pour les traces d’incendies dans la cave.

À l’étage : démolition du mur nord de la pièce jouxtant la cuisine pour agrandir l’entrée, faciliter la distribution vers les différentes zones et rendre possible la création de l’escalier vers l’espace voûté. Démolition du mur de la cuisine et remplacement par un mur courbe en parpaing pour agrandir le hall central. Décapage de l’enduit et restauration des murs en pierre avec les pierres récupérées au RDC, jusqu’au niveau de la hauteur initiale de l’étage (4,40 m) et le reste (hauteur des combles) avec des parpaings enduits et peints. Doublage des murs de façade extérieure avec des murs en pierre intérieur ancrés au moyen d’acier et d’Epoxy. Percement de fenêtre pour l’éclairage de la cuisine dans le mur de façade sud-ouest.

Plancher : Création de l’escalier montant du RDC vers l’étage : Percement dans la voûte pour permettre le passage de la seconde volée suivant la courbe de l’extrados, la première volée étant aménagée dans l’épaisseur du mur sud-est.

Allégement des voûtes par un dégagement partiel du remblai, chemisage des voûtes, remplissage avec du béton léger et boulettes du Styropan, puis coulage d’une chape de béton ferraillé. Démolition du plancher en béton du balcon et des poutres métalliques et remplacement par une dalle et des corbeaux en pierre.

Toitures : Démolition de la charpente en bois dépareillé et remplacement par une charpente métallique avec couverture en tuiles montées sur une corniche, périmètre de 60 cm. Les éléments des poutrelles en bois de Qotrani ont été réutilisés après un nettoyage par ponçage dans la sous-face de la charpente.
Revêtements : Remplacement de l’enduit de chaux altéré par du ciment peint.
Pavage : Reprise du dallage avec le carrelage de l’époque.
Installations : Local technique, garage et réservoir en béton intégrés dans le sol.
Aménagements extérieurs : Aménagement paysager sans modification de la topographie du terrain.

Plans après intervention

Évaluation des résultats

Intégration de l’immeuble dans l’environnement urbain et paysager : Le bâtiment s’intègre bien dans le paysage et reste harmonieux avec le style du village, caractérisé par ses maisons libanaises à trois arcs et ses toits en tuiles.
Adéquation ou programme initial : Bonnes conditions de sécurité de confort.
Vieillissement et entretien de l’immeuble : Sans techniques particulières.

Photos des interventions



Façade sud-est après intervention, reboisement et plantations

Façade nord-ouest après intervention phase 2 (création d’une véranda terrasse)

Portes et gravures murales d’époque à l’étage, intégralement restaurées

Les gravures de croix travaillées datent de 1872, année d’achèvement de la maison.

Vitraux après restauration

Porte sur la façade nord-ouest après intervention et reboisement

Au dessus de la porte, se trouve une croix simple gravée dans la pierre vers 1800, à l’époque du début de la construction.