Acteurs de projets

Conseil du Développement et de la Reconstruction

27 décembre 2015 - mis à jour : 27 janvier 2016

English |  عربي

Vers la fin de l’année 1976, et après pratiquement deux années d’évènements douloureux et particulièrement destructeurs, tant au niveau de l’infrastructure qu’à celui des institutions publiques et des ministères, qui souffraient d’un manque aigu en ressources humaines et en équipements, et suite au rétablissement de la sécurité par l’entrée de la Force de Frappe Arabe dans le pays, le gouvernement a jugé nécessaire de créer un nouvel organisme public qui serait à même de prendre en charge l’énorme tâche de la reconstruction du Liban.

Parallèlement, les pays amis qui souhaitaient aider le Liban dans son effort avaient besoin d’un interlocuteur fiable pour négocier et canaliser au mieux cette aide, tout en planifiant les priorités pour sa mise en œuvre, surtout que le Ministère du Plan n’existait plus.

C’est ainsi que le décret loi no. 5 du 31 janvier 1977 instituait le Conseil du Développement et de la Reconstruction. Celui-ci était chargé de trois missions principales : planifier et programmer la reconstruction et le développement, assurer le financement des projets ainsi formulés, et en superviser l’exécution et l’exploitation en contribuant à la réhabilitation des institutions publiques, et assumer la charge de l’exécution de projets sur instruction du Conseil des Ministres.

Le CDR, contrairement aux autres administrations, était une institution autonome dotée de prérogatives étendues, et relevant directement du Conseil des Ministres par l’intermédiaire du Président du Conseil des Ministres ; il échappait ainsi à la routine administrative. Ces dispositions avaient été arrêtées pour permettre l’accélération du processus de reconstruction, et pour donner le temps aux institutions publiques de se refaire une santé après avoir été dévastées durant les évènements.

Ceci explique pourquoi la compétence, l’intégrité, la formation et l’expérience étaient les critères principaux qui ont conditionné le choix des responsables de cette nouvelle institution avant-gardiste, qui est restée et qui reste l’interlocuteur incontournable en matière de planification, de financement, et même d’exécution des projets, puisque l’évolution au cours des régimes qui se sont suivis, comme on le remarquera ci-dessous, a placé le CDR devant de plus grandes responsabilités dans ce domaine.

Le CDR est donc, dans la hiérarchie institutionnelle, l’instrument phare auprès du Conseil des Ministres, suivant ses instructions et tenu de coordonner ses actions sectorielles avec les ministères concernés.

Conseil de Développement et de Reconstruction
Tallet Al Serail – Riad El Solh
Beirut – Lebanon
Code Postale : 20239201
Boîte Postale : 3170/11
Fax No. (961-1) 981252 – 981253 - 981381
Tel No. (961-1) 980096
Email : infocenter@cdr.gov.lb