Médias

Municipales 2016 : forcing pour la tenue de l’échéance dans les délais

Par L’Orient-Le Jour - lorientlejour.com | Yara ABI AKL | - mis à jour :

Face à la paralysie institutionnelle et à la pratique de prorogation des mandats, notamment législatif, qui ont privé les citoyens du droit fondamental de choisir librement leurs représentants au sein des institutions publiques, les municipalités veulent inciter le pouvoir politique à assurer l’organisation des élections municipales prévues en mai prochain, sachant que le ministre de l’Intérieur Nouhad Machnouk déploie de grands efforts pour assurer la couverture politique nécessaire à ce scrutin.

C’est dans cet esprit que le président de la municipalité de Dekouané, Antoine Chakhtoura, a réuni vendredi soir, à l’occasion d’un dîner à l’hôtel Hilton de Sin el-Fil, un grand nombre de présidents de conseils municipaux de diverses régions du Liban, ainsi que des journalistes et des avocats, venus lancer une initiative ayant pour thème « Élire un conseil municipal pour conserver le pays ». La soirée a eu lieu sous le patronage du ministre Machnouk, représenté par M. Khalil Gébara.

Les citoyens ont leur mot à dire...

Après le mot de bienvenue de notre confrère de la Voix du Liban 100.5 Marwan Kaddoum qui a salué les municipalités « ayant réussi à mettre en place des projets de développement malgré le manque de capacités financières », M. Gébara a pris la parole pour insister sur « l’importance de l’échéance prévue en mai visant à redynamiser plusieurs municipalités, surtout que celles-ci sont les dernières institutions à être dotées d’une légitimité ». Il n’a pas manqué de soulever « les grands défis auxquels font face les conseils municipaux, dont notamment le flux de réfugiés syriens et la crise des déchets ».

De son côté, M. Antoine Chakhtoura a souligné que la rencontre était « le premier pas vers le refus de la prorogation des mandats municipaux pour plusieurs motifs ». « En premier lieu, a-t-il souligné, nous croyons en la démocratie et dans le principe de l’alternance au pouvoir. En second lieu, les élections sont une récompense à la "résistance" des citoyens. Nous voulons que cette échéance se tienne dans les délais prévus par respect pour le principe de la reddition des comptes. Ces élections sont donc une sanction et une récompense », a ajouté M. Chakhtoura avant d’exhorter « le Parlement, au mandat prorogé, à prendre la courageuse décision de tenir ces élections dans les délais ». Il a également indiqué qu’ « une lettre ouverte a été adressée au Premier ministre Tammam Salam dans le même but ».

Pour sa part, le bâtonnier de Beyrouth Antonio Hachem a mis l’accent sur le droit des Libanais à élire leurs autorités locales. « Hier, aujourd’hui et demain, nous voulons la présidentielle, les législatives et les municipales sans aucune excuse », a-t-il affirmé avant de rappeler que « les élections municipales sont un devoir national permettant aux instances locales d’œuvrer pour attacher l’homme à sa terre, par l’intermédiaire de la décentralisation élargie, conformément à l’accord de Taëf ».

Les allocutions des présidents des conseils municipaux ont débuté avec celle de Nabih Fawaz, président de la Fédération des municipalités de Klayaa, qui a mis en garde contre « l’augmentation de la proportion des municipalités démisionnaires de 10 à 50 % si l’échéance ne se tient pas en mai prochain ». Le président de la municipalité de Chiyah Edmond Gharios a mis en garde de son côté contre une tentative de réduire les prérogatives des municipalités. « La prorogation des mandats municipaux aurait des répercussions négatives sur la croissance économique », a-t-il ajouté. Quant à Ziyad Hawat et Mohammad Saïd el-Khansa, respectivement présidents des municipalités de Jbeil et de Ghobeiry, ils ont mis l’accent sur le rôle des municipalités en matière de développement.

Rappelons dans ce cadre que le Conseil des ministres a approuvé, lors de sa dernière séance tenue mardi dernier, les crédits nécessaires à la tenue des élections municipales et du scrutin partiel à Jezzine. Le président de l’Union des municipalités du caza de Jezzine Khalil Harfouche a réclamé pour sa part la création du « fonds municipal indépendant » et du « Rassemblement des unions des municipalités ». Ont ensuite pris la parole le président de la municipalité de Kabb Élias Dergham Touma et le président de la Fédération des municipalités de Joumeh (Akkar) Sajih Attieh.

Les réformes exigées

La nécessité de tenir les élections municipales dans les délais n’a pas écarté le sujet épineux des réformes qui devraient être opérées dans ce domaine. Sur ce plan, le juge Marwan Abboud a évoqué quelques mesures jugées nécessaires dont notamment : la modernisation de la loi électorale, la séparation des élections des conseils municipaux de celles des moukhtars ; la fixation du plafond des dépenses électorales ; et le respect du principe de l’égalité des chances.

Le président de la municipalité de Zghorta Chehwan Mouawad a souligné enfin l’importance de moderniser la loi sur les municipalités et de former le capital humain de ces instances, exerçant les prérogatives des autorités locales, et ce en vue d’établir une certaine « feuille de route scientifique et pratique, menant vers le changement désiré ».