Coopération décentralisée

Programme de l’AFD pour la collecte et le traitement des eaux usées dans le district de Kesrouane

Par Agence Française de Développement - afd.fr | - mis à jour :

عربي

Grand bassin d’activité industrielle et touristique du pays, le district de Kesrouane voit ses eaux usées se déverser, sans épuration, dans la mer Méditerranée. La réalisation d’un système de collecte et de traitement des eaux usées permettra de l’équiper d’un vrai dispositif d’assainissement.

Collecte et traitement des eaux usées dans le district de Kesrouane
Budget : € 70 000 000
Instrument de financement : Prêt souverain concessionnel
Dates du projet : 2015 – 2020
Partenaire d'exécution : CDR
Bénéficiaires : Etablissement des Eaux de Beyrouth – Mont Liban (EEBML)

CONTEXTE

Le secteur de l’assainissement au Liban se caractérise par des capacités d’épuration insuffisantes : la quasi-totalité de la charge polluante, soit environ 300 millions de m3/an, se déverse sans traitement dans la mer Méditerranée, directement par les collecteurs, les cours d’eau, ou les écoulements d’eaux souterraines. Une cinquantaine d’exutoires d’effluents non traités peuvent être recensés le long de la côte : plus d’un tiers d’entre eux est situé autour de Beyrouth, déversant 50% des eaux usées totales du Liban.

Le caza de Kesrouane compte parmi les régions les plus denses du Liban et comporte 32 villages répartis sur 17 bassins versants. 90% de la population de son littoral (environ 200 000 personnes) est raccordée aux réseaux de collecte des eaux usées. Les réseaux datent majoritairement des années 1960. En l’absence de station d’épuration, les réseaux débouchent soit directement dans la mer, soit dans le collecteur principal de Jounieh où ils sont transférés vers un émissaire en mer au nord de la zone (Tabarja). D’une longueur initiale de 400 m, l’émissaire, fortement endommagé, ne remplit plus sa fonction et les eaux usées se déversent dans la baie, sans épuration.

DESCRIPTIF

Le projet d’assainissement du caza de Kesrouane a pour finalité d’améliorer les conditions de vie des populations et de contribuer à la préservation de la mer Méditerranée.

Ses objectifs spécifiques consistent à :

  • construire un dispositif d’épuration permettant de répondre à l’urgence environnementale actuelle et aux besoins futurs
  • mettre en place un système de collecte des eaux usées couvrant de manière satisfaisante l’ensemble des besoins à long terme de la zone
  • renforcer l’environnement institutionnel et les capacités de gestion de l’Etablissement des eaux de Beyrouth - Mont Liban (EEBML)

Le projet comporte 2 composantes.

  1. Investissements :
    1. un dispositif d’épuration comprenant la construction de deux stations d’épuration à Ghazir/Adma et Zouk Mikael
    2. le renouvellement des réseaux dans les localités côtières et leur extension vers les localités de montagne. Les travaux porteront sur environ 250 km de réseaux et permettront le raccordement d’environ 100 000 personnes supplémentaires.
  1. Mesures d’accompagnement :
    1. études et supervision du projet
    2. exploitation, incluant le financement de la 1ère année d’exploitation des stations d’épuration
    3. assistance technique incluant des prestations d’assistance à la maîtrise d’ouvrage, de renforcement de capacité auprès de EEBML, et d’appui au secteur en général.

Le projet doit être réalisé sur la période 2015 – 2022.

IMPACTS

Le caza de Kesrouane présente une importance particulière dans la mesure où il constitue un des grands bassins d’activité industrielle (entre Zouk Mosbeh et Zouk Mikhael) et touristique du pays. La réalisation d’un système de collecte et de traitement des eaux usées d’une capacité totale de plus de 500 000 Equivalent-habitant dans ce caza, dernière zone du littoral dans laquelle des travaux ne sont pas encore engagés, permettra de renforcer le dispositif d’assainissement du Liban.

Le projet aura des impacts majeurs sur l’environnement par la protection de la ressource en eau du massif karstique du Kesrouan, l’élimination des rejets directs d’effluents par les réseaux de collecte côtiers dans la mer Méditerranée et l’amélioration de l’état environnemental des cours d’eau.

Sources : Agence Française de Développement - afd.fr