Coopération décentralisée

Le groupe Guirab invité au Festival Interceltique de Lorient 2005

Par Localiban | - mis à jour :

عربي

Voir également Août 2007 : GUIRAB au Festival Interceltique de Lorient

Guirab

Guirab, groupe mixte composé de vingt musiciens palestiniens du Liban, a participé du 4 au 7 août 2005 à la 35ème édition du désormais fameux Festival Interceltique de Lorient, où se retrouvent chaque été des amoureux de la cornemuse venus de tous horizons.

Invité par la Région Bretagne présidée par M. Jean-Yves Le Drian, Guirab, qui signifie "cornemuse" en arabe, a connu à l’occasion de cette première sortie du Liban, un franc succès.

Ce groupe de jeunes réfugiés palestiniens du Liban, fondé en 1989 au sein du camp particulièrement démuni de Bourj al-Chamali et dans le cadre d’activités sociales développées par le centre de Beit Atfal Assoumoud, a en effet fait mouche devant les dizaines de milliers de spectateurs éberlués de découvrir un Bagad (ensemble de musique traditionnelle bretonne inspiré du pipe band écossais) en costume traditionnel palestinien.

Cet art musical, longtemps oublié au Moyen Orient, fait pourtant bien partie de l’héritage culturel palestinien. Le point d’orgue de cette aventure aura sans aucun doute été la participation de la formation palestinienne à la Grande Parade Des Nations Celtes (3500 danseurs et musiciens) qui a accueilli cette année quelque soixante mille spectateurs et qui a été suivi en direct par des millions de téléspectateurs.

Le défilé s’est terminé dans la joie et l’émotion au stade du Moustoir où les membres de Guirab ont été ovationnés par une foule particulièrement enthousiaste.

Les jeunes musiciens étaient visiblement très touchés de l’accueil qui leur a été réservé et fiers d’être pendant ces quelques jours les ambassadeurs de la culture palestinienne.

Cornemuse et Palestine

Selon certains, la cornemuse aurait été introduite en Europe par les croisés de retour de Palestine. Au fil du temps, les bergers arabes de Palestine en ont perdu l’usage.

Ce n’est qu’au début du 20ème siècle que la cornemuse est réintroduite en Palestine, alors sous mandat britannique. Cet art musical si longtemps oublié dans la région est ainsi enseigné aux troupes bédouines sous le commandement de Sir John Glubb.

Transmis depuis lors de génération en génération, l’instrument a été introduit dans les camps de réfugiés du Liban au cours des années 1970, devenant l’un des témoignages vivants de l’identité palestinienne.