Médias

Dix municipalités Libanaises ont signé la charte officialisant leur partenariat avec Fair Trade Lebanon

Par Le Commerce du Levant - lecommercedulevant.com | P.H.B et S.A. | - mis à jour :

L’association Fair Trade Lebanon a célébré le 28 avril l’intégration des dix premiers villages libanais dans le réseau Fair Trade Town qui regroupe 1 700 localités engagées dans la promotion du commerce équitable à travers le monde.

Les chefs des municipalités de Ain Ebel, Qlaiaa, Aabra, Tibnine, Saydoun, Baskinta, Bissariyeh, Mhaiydseh, Fourzol et Menjez, situées pour la plupart dans la vallée de la Békaa, ont signé la charte officialisant leur partenariat avec Fair Trade Lebanon, sous le parrainage du ministre d’État pour la Réforme administrative Nabil de Freige.

Le projet est baptisé « The Lebanese Fair Trade Towns » et vise à favoriser le développement des zones rurales en offrant de nouvelles opportunités commerciales et de travail à leurs habitants à travers l’essor du commerce équitable. Ce dernier vise à promouvoir davantage d’équité dans le commerce international, notamment du point de vue de la rémunération des producteurs. Concrètement, une organisation comme Fair Trade Lebanon leur achète leurs denrées à un prix supérieur de 20 à 30 % au coût de revient, contribue à leur certification et se charge d’organiser les circuits de distribution auprès des consommateurs.

Au Liban, quelque 800 agriculteurs rassemblés en coopératives et engagés dans la production d’olives, d’huile d’olive et de vin sont actuellement concernés par le projet Lebanese Fair Trade Towns. « En 2014, le commerce équitable a généré près de 1,2 million de dollars de revenus dont plus de 70 % sont issus des exportations », explique Philippe Adaimé, le président de Fair Trade Lebanon. Ses équipes travaillent en coopération avec l’association Fairtrade Labelling Organisations International (FLO), spécialisée entre autres dans l’attribution des licences du commerce équitable et implantée dans 21 pays. « Nous travaillons actuellement sur la certification de produits tels que le thym, les pois chiches, les lentilles ou encore les piments », révèle M. Adaimé. « Les coopératives en activité tournent environ à presque 80 % de leurs capacités de production, d’où la nécessité de rallier de nouveaux producteurs afin de maintenir un rythme de croissance annuel du secteur proche de 25 %, comme ça a été le cas jusqu’à présent », conclut-il.

Le projet Lebanese Fair Trade Towns s’inscrit dans le cadre de la troisième phase d’Afkar, un programme de soutien aux organisations de la société civile (OSC) lancé en 2004. Financé par l’Union européenne (UE) et géré par le bureau du ministre d’État pour la Réforme administrative (Omsar), Afkar 3 est doté d’une enveloppe totale de 2,5 millions d’euros (2,7 millions de dollars), contre 1 million d’euros (1,1 million de dollars) pour Afkar 1 et 3 millions d’euros (3,3 millions de dollars) pour Afkar 2.