Coopération décentralisée

Lancement du projet « Daman 2 » par l’Agence Française de Développement

Par Localiban | - mis à jour :

English |  عربي

Ce programme d’appui à la filière oléicole du Sud Liban, est financé par l’Agence Française de Développement.

La cérémonie de lancement du projet « Daman 2 », d’appui à la filière oléicole du Sud Liban, s’est déroulée le lundi 17 février 2014, dans la coopérative de Borj Qalaway.

L’ambassadeur de France, M. Patrice Paoli, le directeur de l’agence de Beyrouth, M. Lionel Cafferini, le Colonel Mizon, commandant de la FCR (Force Commander Reserve) de la FINUL, ainsi qu’un représentant du ministère de l’Agriculture libanais, M. Hussein Sakka, ont participé à l’événement. Ils ont d’abord visité un verger oléicole pilote ainsi que le moulin de la coopérative de Borj Qalaway, avant d’assister à la signature des protocoles de partenariat avec les six coopératives et municipalités concernées. Un repas convivial a clôturé cette matinée.

Ce programme, réalisé en coordination avec la coopération Civilo-Militaire (CIMIC) du contingent français de la FINUL, constitue la deuxième phase d’un projet conduit de 2008 à 2010. D’un montant de 500 000 euros en don, financé par l’Agence Française de Développement. Il est mis en œuvre par la société de conseil en développement agricole, AGRIATE, et son partenaire libanais, l’Association pour le Développement Rural (ADR) dans six coopératives : Borj Qalaway, Froun, Houlla, Qaounine, Rshaf, et Srifa.

Il s’inscrit dans la stratégie sectorielle du ministère de l’Agriculture pour appuyer la filière oléicole, en valorisant les rendements et la qualité de l’huile produite. Ce projet vise à fournir des réponses appropriées aux besoins des exploitations agricoles dans la région.

Ses objectifs sont :

  • D’apporter des formations et des conseils techniques aux agriculteurs afin d’améliorer leurs pratiques techniques et culturales ainsi que leur gestion des moulins ;
  • De moderniser les outils de production des six coopératives grâce la fourniture d’équipements adaptés (presses modernes, petits matériels, moyens de transport) ;
  • De renforcer la gouvernance et les capacités de gestion administrative et financière des coopératives ;
  • De soutenir le développement de circuits économiques rentables de la production d’huile d’olive.

Sources : Agence Française de Développement, AGRIATE.