Médias

Le Festival International de Baalbek - Edition 2009

Par Localiban | - mis à jour :

English |  عربي

Période : Juillet/Août | Informations : +961 1 373150 | Site Web | Contact

Au pied des colonnes du temple de Jupiter ou au coeur du temple de Bacchus, le Festival de Baalbek est, chaque année, une occasion donnée au public de vivre des instants d’émotions artistiques inoubliables.

HIER… La première saison du Festival International de Baalbek se tint en 1956, inaugurée par Jean Cocteau, venu en personne présenter sa "Machine Infernale". Les Festivals suivant virent défiler une pléiade impressionnante d’artistes célèbres : les solistes José Iturbi, Samson François, Gina Bachauer, M. Rostropovitch, S.Richter… Les Opéras de Paris et de Milan, Margot Fonteyn et Rudolf Noureev avec le Royal Ballet et le ballet du XXème siècle de Maurice Béjart, le Ballet du Théâtre Bolchoî…

PREMIERES. Il y eut également une nouvelle version de "premières mondiales" : l’Opéra de Chambre de Milan avec "le Couronnement de Poppée" de Monteverdi, mise en scène de Franco Zeffirelli, "L’Ile des Esclaves" de Marivaux…

…ET AUJOURD’HUI. 22 ans après leur arrêt, les activités du Festival reprirent en 1997. Cette année là, Rostropovich, grand ami du Festival, est le premier invité d’après-guerre à jouer à Baalbek, accompagnant l’Orchestre philharmonique de Radio France.
En 1998, le Festival avait pour thème la célébration du centenaire de la première mission archéologique allemande à Baalbek, consécutive à la visite en 1898 du Kaiser Guillaume II. Le programme comprenait six spectacles d’une envergure internationale : L’Orchestre Philharmonique de Radio Stuttgart dirigé par Georges Prêtre et Carl St. Clair, le géant du jazz The Herbie Hancock Quartet, la Diva Nina Simone, un spectacle avant-gardiste avec Urban Sax et les Orgues à Feu de Michel Moglia, la chanteuse Fadia el Hage avec le groupe Sarband et finalement, l’ambassadrice du Liban dans le monde, Fayrouz.

EVOLUTION. Le Festival évolue en fonction de deux idées majeures : être un "Festival Orient - Occident" favorisant ainsi la vocation humaine du Liban, en même temps "Festival de création" présentant des oeuvres originales comman-dées aux acteurs et compositeurs contemporains.

ACTEUR CULTUREL DE PRESTIGE. Véritable foyer de rayonnement culturel, favorisant la présentation des oeuvres majeures du patrimoine culturel mondial,
servies par les interprètes les plus qualifiés, dans un cadre des plus prestigieux, le Festival International de Baalbek projette à l’étranger une image hautement civilisée du Liban. Avec sa persévérance, son courage et sa grâce, le Festival est devenu "une autre dimension, l’autre prestige, l’autre nom de Baalbek".

Dans le magnifique paysage vallonné de la vallée de la Beqaa se déploie la cité antique de Baalbek, classée au patrimoine culturel mondial de l’UNESCO et présentant une qualité exceptionnelle de conservation.

Le Programme 2009 :

Samedi 4 juillet 2009 - BÉJART BALLET LAUSANNE - BALLET MODERNE

La cour des deux temples - Riche de plus de vingt années d’activités, le Béjart Ballet Lausanne reste fidèle à sa vocation : être l’instrument privilégié d’un des chorégraphes les plus fertiles de ce siècle.
Cette compagnie de 37 danseurs confirme chaque jour que la technique classique traduit les aspirations et les interrogations de l’époque. Conformément à sa vocation internationale, le BBL, avec plus de 100 créations à son actif, sillonne le monde. Depuis 2007, Gil Roman danseur durant trente années ininterrompues devient le directeur artistique du BBL. En décembre 2006, Maurice Béjart écrit à son sujet :... "je ne vois que lui pour continuer, préserver, posséder mon œuvre et mes ballets ... nul autre. Ce Ballet lui appartient".

Le FIB présente le Béjart Ballet Lausanne en hommage à Maurice Béjart qui avait produit dans le cadre du FIB le Ballet du XXe siècle en 1963, en 1966 et en 1972.

Programme :
- Le Casino des Esprits (Antonio Vivaldi) chorégraphie de Gil Roman, en première au Liban.
- Adagietto (Mouvement lent de la 5ème symphonie de Gustav Mahler) chorégraphie de Maurice Béjart dansé par Gil Roman.
- L’Oiseau de Feu (Igor Stravinsky) chorégraphie de Maurice Béjart.
- Boléro (Maurice Ravel) Chorégraphie de Maurice Béjart.

Vendredi 10 juillet 2009 - MÉDÉE - PHÈDRE MONOLOGUES
FANNY ARDANT, INTERPRÉTATION
SONIA WIEDER-ATHERTON,VIOLONCELLE
INTERPRETÉS PAR FANNY ARDANT, LES MONOLOGUES DE MÉDÉE D’EURIPIDE ET PHÈDRE DE RACINE DIALOGUENT AVEC LE VIOLONCELLE DE SONIA WIEDER-ATHERTON

Temple de Bacchus - Le propos de cette soirée est de tisser le lien grâce au son du violoncelle, entre les mots de deux grandes figures tragiques dont la vie fut hantée par le mensonge, mais également par la mort comme délivrance du mal d’amour, deux femmes dont le destin fut guidé par une passion dévorante et tragique, la Médée d’Euripide et la Phèdre de Racine.

Sur les planches de théâtre comme sur le grand écran, Fanny Ardant est l’incandescente interprète de femmes amoureuses et entières, toujours juste dans la fêlure et le mystère.Truffaut disait d’elle : "… j’ai reconnu en elle la vitalité, l’enthousiasme, l’humour, l’intensité mais aussi le goût secret, un côté farouche, un soupçon de sauvagerie, et, par–dessus tout, quelque chose de vibrant".

En interprétant les monologues de la Médée d’Euripide et Phèdre de Racine, Fanny Ardant choisit de faire entendre cette sauvagerie, mais aussi la voix d’une femme porteuse d’amour, de vengeance et de mort, en dialogue avec le violoncelle profond et déchirant de Sonia Wieder-Atherton.

Samedi 11 juillet 2009 - DAVID FRAY - RECITAL PIANO

Temple de Bacchus - Nommé aux Victoires de la musique classique en février 2008, David Fray est non seulement un pianiste talentueux et surdoué mais un artiste complet. Ses prestations révèlent une nervosité et une intelligence hors normes doublées d’une présence scénique hors du commun.

Ce jeune pianiste s’est produit sur des scènes prestigieuses en France et au Japon comme la Cité de la musique, le théâtre Mogador, le théâtre des Champs Elysées et le Alti Hall de Kyoto. Il a publié plusieurs enregistrements sous le label de Emi-Virgin Classics.

Programme :
- Schubert : Allegretto en ut mineur
- Schubert : Klavierstücke n°2, D946
- Schubert : Moments Musicaux
- Bach : Partita N°6 BWV 830 en mi mineur

Jeudi 16, vendredi 17 et samedi 18 juillet 2009 - LE THÉÂTRE CARACALLA - L’OPÉRA DU VILLAGE !
SPECTACLE MUSICAL EN DANSES ET CHANSONS CONÇU POUR LE FESTIVAL INTERNATIONAL DE BAALBEK

La cour des deux temples - Le Théâtre Caracalla est de retour dans les majestueux temples romains avec une nouvelle création artistique en première mondiale. Ce spectacle très coloré raconte à travers de magnifiques tableaux musicaux, un voyage dans le passé, un retour au folklore et aux sources traditionnelles d’un village libanais. Les poèmes et les textes sont de Talal Haidar, le scénario est de Abdel Halim Caracalla et la musique est composée par Mohamad Reza Aligholi. Avec la participation de grandes stars libanaises tels que Assi Hellani, Hoda Haddad, Aline Lahoud, Joseph Azar, Rifaat Torbey, Gabriel Yammine, Nabil Karam, Toni Add, Ali Zain et l’invité d’honneur Elie Choueiri. Ce spectacle est réalisé en collaboration avec de célèbres artistes internationaux. L’éclairage est réalisé par Vinicio Cheli, la scénographie est de Lucia Goj. La chorégraphie est signée Alissar Caracalla et la direction artistique est de Ivan Caracalla.

Samedi 25 juillet 2009 - DEEP PURPLE - CONCERT ROCK

La cour des deux temples - Le groupe anglais Deep Purple est le pionnier des groupes hard rock. Propulsé rapidement au panthéon des stars hard rock avec plus de 100 millions d’albums vendus et des milliers de concerts depuis 1968, il s’impose comme une véritable source d’inspiration pour toute une génération de musiciens.

Après la sortie de leur album "Rapture in the Deep" en 2005, le groupe entame une tournée à travers le monde, Plus de 150.000 billets avaient été vendus lors de leur tournée en France. Connu pour chauffer les salles et envoûter les foules, ce groupe mythique, avec trois de ses fondateurs, se produira à Baalbek pour une soirée unique.

Ian Gillan (chant) – Steve Morse (guitare) – Don Airey (clavier) – Roger Glover (basse) – Ian Paice (batteries).

Samedi 1er août 2009 - RON CARTER QUINTET – JAZZ & BOSSA
EDDIE PALMIERI SEXTET – LATIN SALSA - DEUX CONCERTS POUR UNE SOIRÉE

La cours des deux temples - Ron Carter est l’un des contrebassistes les plus enregistrés et les plus influents de l’histoire du jazz. Il a 2500 albums à son actif, 2 Grammy awards, et en 45 ans de carrière, il a joué avec un éventail d’artistes tels que Miles Davis, Eric Dolphy, Lena Horne, James Brown, etc. Aprés la sortie de son album Jazz & Bossa en octobre 2008, Ron Carter entame une tournée en Europe et se produira au FIB en quintet : Ron Carter (basse) – Stephen Scott (piano) – Guilhermo Monteiro (guitare) – Payton Crossley (batteries) – Rolando Morales-Matos (percussions).

Eddie Palmieri dont la discographie comprend environ 40 titres, a obtenu 9 Grammy Awards. Il fait partie de ces artistes qui sont tout le temps en tournée. Il s’est produit en Europe, en Asie, en Amérique latine, en Afrique du Nord et aux Caraïbes. C’est une véritable mine d’excellence. Il est connu pour son style puissant et brillant et ses astucieuses compositions. Il continue avec son orchestre salsa et latin jazz à faire vibrer son audience à travers le monde avec son style légendaire. Eddie Palmieri se produira au FIB en sextet : Eddie Palmieri (piano) – Brian Lynch (trompette) – Yosvany Terry (saxophone) – Jose Claussell (timbales) – Vicente Rivero (congas) – Luques Curtis (basse).

Jeudi 13 août 2009 - LA TRAVIATA
PRODUCTION DES CHORÉGIES D’ORANGE (FRANCE) DANS LE CADRE DU JUMELAGE ENTRE LES DEUX FESTIVALS

La cour des deux temples - “La Traviata”, l’un des plus célèbres opéras de Giuseppe Verdi est une réflexion sur le statut de la femme dans un monde dominé par les hommes. Il raconte l’histoire amoureuse d’Alfredo Germont et de Violetta, jeune courtisane qui face à l’intransigeance du père d’Alfredo sacrifie son amour.

Avec La Traviata, Verdi parvient à rendre de façon réaliste la gamme des sentiments humains et ceci en jouant sur les contrastes pour accentuer le tragique : l’ouverture commence par un adagio où planent la maladie et la mort et débouche sur une ambiance de fête, le carnaval, qui sert d’arrière–fond à la mort de Violetta.

Principaux Interprètes :
- Ermonela Jaho (Violetta) – Vittorio Grigolo (Alfredo Germont) – Marzio Giossi (Giorgio Germont). Orchestre de l’Opéra Royal de Wallonie
- Direction musicale : Paolo Arrivabeni
- Chœur de l’Opéra de Toulon Provence Méditerranée, chœur de Tours et chœur de l’Opéra Royal de Wallonie.
- Ballet de l’Opéra-théâtre d’Avignon et des pays de Vaucluse.