Localiban
Liban
Date de mise en ligne : 2 décembre 2014

Situation

Le Liban (République Libanaise) est situé au Proche-Orient, sa superficie est de 10 452 km². Il s'étend sur plus de 205 km du nord au sud, et sur 30 à 80 km d'est en ouest. Le Liban est frontalier au nord et à l'est avec la Syrie, au sud avec Israël. Sa frontière ouest étant limitée par la méditerranée.

Division administrative

Depuis juillet 2003, le Liban est divisé en 8 Mohafazah (Muhafazah), elles mêmes constituées de 25 Caza (Qada’a) (subdivision). Chaque Caza (Qada’a) et chaque Mohafazah (Muhafazah) a un centre administratif, bien souvent l’une des villes les plus importante de la région. [1] Vous trouverez ci-dessous l’ensemble des divisions et subdivisions administratives libanaises.

Mohafazah (Muhafazah) Caza (Qada’a)
Beyrouth  
Aakkar Aakkar
Liban-Nord Batroun
Bcharreh
Koura
Minieh-Danniyeh
Trablous
Zgharta
Baalbek-Hermel Baalbek
Hermel
Mont-Liban Aaley
Baabda
Chouf
Jbayl (Byblos)
Kesrouane
Matn
Beqaa Beqaa Ouest
Rachaiya
Zahleh
Liban-Sud Tyr (Sour)
Jezzine
Saida
Nabatiyeh Bent Jbayl
Hasbaiya
Marjaayoun
Nabatiyeh
Mohafazah du Liban-Nord Mohafazah du Mont-Liban Mohafazah de Beyrouth Mohafazah de la Beqaa Mohafazah du Liban-Sud Mohafazah de Nabatiyeh Mohafazah de Aakkar Mohafazah de Baalbek-Hermel

Fédérations et Municipalités

Le Liban compte près de 36 fédérations de municipalités et près de 944 municipalités disposant d'un conseil municipal, réparties sur l'ensemble du pays.(1)

Situation, morphologie et climat

Le Liban (République Libanaise) est situé au Proche-Orient, sa superficie est de 10 452 km². Il s’étend sur plus de 205 km du nord au sud, et sur 30 à 80 km d’est en ouest. Il est frontalier au nord et à l’est avec la Syrie, au sud avec Israël. Sa frontière ouest étant limitée par la méditerranée.

Le climat méditerranéen qui prédomine au Liban, offre en général des hivers doux (sauf pour les régions montagneuses) et des étés assez chauds. Les températures maximales et minimales en 2007 ont été relevées à Zahleh au mois de septembre et de février 2007, elle s’élevaient à 39.3°C et 1.1°C. La température annuelle moyenne enregistrée à Beyrouth en 2007 était de 21° C, les précipitations annuelles s’élevaient à 708.5 mm. [2]

Le relief du Liban est très varié, l’altitude dans les zones montagneuses varie entre 400 m et 3.088 m. Le pic montagneux le plus haut se situe à 3.088 mètres d’altitude du niveau de la mer.

Démographie

En 2007 la population du Liban était estimée à 3.759.137 habitants dont 888.813 ménages, la densité de la population était de 359 habitants au km². [2]

Il est intéressant de noter que la répartition de la population sur tout le territoire libanais est assez inégalitaire. En effet, deux régions, Beyrouth et le Mont-Liban comptabilisent près de la moitié de la population libanaise, alors que les 6 autres Mohafazah (Muhafazah) totalisent l’autre moitié de la population.

Afin de mieux cerner la répartition de la population sur l’ensemble du territoire libanais, vous trouverez ci-dessous un tableau de la répartition de la population en 2005 par Mohafazah (Muhafazah).

Population libanaise (2005) [2]


  Habitant % Habitant Densité (Habitant/Km ²)
Beyrouth 390 503 10.4 19 237
Mohafazah du Mont-Liban 1 501 570 40 763
Mohafazah du Liban-Nord [3] 768 709 20.5 389
Mohafazah de la Beqaa 471 209 12.5 111
Mohafazah du Liban-Sud 401 197 10.7 434
Mohafazah de Nabatiyeh 221 486 5.9 209
Liban 3 755 034 100 359

Pour plus de détails concernant la structure démographique du Liban, vous pouvez consulter le document ci-dessous, un extrait de l’étude concernant l’année 2005, qui contient des tableaux plus détaillés.


Statistiques sur la structure démographique du Liban [2]

Education (2007)

Etablissements scolaires pré-universitaires

Il existait en 2007 près de 3.251 établissements scolaires (pré-primaires, primaires, complémentaires et secondaires) au Liban, totalisant 1.017.608 élèves inscrits et 104.200 enseignants. [2] Parmi ces 3.251 établissements scolaires, il existait près de 439 établissements d’enseignement technique avec 99.731 élèves inscrits, 831 agents administratifs et 16.443 enseignants. [2]

Le tableau ci-dessous permet de mettre en valeur les spécificités du Liban quant à la répartition des établissements scolaires selon leur type qu’ils soient privés, publics ou semi-gratuits, pour l’année 2005/2006.

Répartition des établissements scolaires du Liban selon leur type 2005/2006 [2]

Répartition des établissements scolaires du Liban selon le secteur en 2005/2006 Public Semi gratuit Privé Total
Secteur d’enseignement Ecoles pré-primaires 47 4 20 71
Ecoles primaires Primaires 50 64 10 124
Primaires - pré-primaires 259 296 92 647
Total 309 360 102 771
Ecoles complémentaires Complémentaires 45 0 93 138
Complémentaires - Primaires 135 0 14 149
Complémentaires - Primaires pré-primaires 619 0 307 926
Complémentaires - pré-primaires 1 0 39 40
Total 800 0 453 1 253
Ecoles secondaires Secondaires 129 0 6 135
Secondaires - Complémentaires 114 0 48 162
Secondaires - Complémentaires Primaires 0 0 9 9
Secondaires - Complémentaires - Primaires - pré-primaires 0 0 383 383
Secondaires - Complémentaires - pré-primaires 0 0 4 4
Total 243 0 450 693
Total 1399 364 1025 2788

Parmi les 911 314 élèves inscrits dans les établissements scolaires durant l’année scolaire 2005-2006 on peut remarquer que la majorité des élèves (51%) l’a été dans des établissements scolaires privés. Pour vous permettre de mieux comprendre la répartition des élèves inscrits dans les établissements scolaires selon le type (public, semi-public ou privé), vous trouverez ci-dessous un tableau plus détaillé.

Répartition des élèves dans les établissements scolaires du Liban [2]

Répartition des étudiants au Liban en 2005/2006 Public Semi gratuit Privé Total
Ecoles pré-primaires 32063 22315 93970 148348
Ecoles primaires 147279 92939 207375 447593
Ecoles complémentaires 81203 0 113032 194235
Ecoles secondaires 64106 0 57032 121138
Total 324651 115254 471409 911314


Instituts d’enseignement supérieur

En 2007, 38 instituts d’enseignement supérieur publics (1) et privés (37) ont été également recensés, leurs effectifs se composaient :

- Pour le public, de 69.745 étudiants inscrits, 1.712 agents administratifs et 4.577 professeurs. [2]

- Pour le privé, de 87.403 étudiants inscrits, 2.799 agents administratifs et 8.979 professeurs. [2]

Pour plus de détails concernant le nombre d’étudiants inscrits, d’agents administratifs ou de professeurs dans ces instituts vous pouvez consulter le document ci-dessous, qui détaille les effectifs de chacun des 38 instituts pour l’année 2005/2006.


L’effectif des instituts d’enseignement supérieur au Liban 2005/2006 [4]

Hôpitaux du Liban (2006)

168 hôpitaux (138 privés et 30 publics) de court et moyen séjour étaient recensés au Liban en 2006, selon le Syndicat des hôpitaux du Liban. Ils totalisaient une capacité maximale de 15.422 lits. [2] Plus de la moitié (51%) de ces établissements hospitaliers se trouvaient dans les régions du Mont-Liban et de Beyrouth. Le tableau suivant (répartition des hôpitaux par Mohafazah (Muhafazah)) permet de mieux percevoir l’inégale répartition des hôpitaux privés sur l’ensemble du territoire.


Répartition des hôpitaux privés en 2006 par Mohafazah (Muhafazah) [2]


< 50 Lits 51-100 Lits 101-200 Lits > 200 Lits Total - Hopitaux Total - Lits
Beyrouth 12 2 4 3 21 1912
Mohafazah du Mont-Liban 26 13 10 1 50 3493
Mohafazah de la Beqaa 13 7 4 0 24 1440
Mohafazah du Liban-Nord [3] 10 7 4 0 21 1384
Mohafazah du Liban-Sud [5] 10 10 1 1 22 1539
Liban 71 39 23 5 138 9768

Economie

176279 entreprises dont 90% de PME (effectif de 0 à 4 employés) exerçaient une activité économique en 2004 au Liban. Moins d’un tiers d’entre elles (28.4%) étaient immatriculées au registre du commerce. 60 % des entreprises avaient une activité commerciale. [2]

4952 nouvelles entreprises one été enregistrées au Liban en 2006, toutefois, les statistiques sur les sociétés qui ont déposé le bilan sont indisponibles, d’où une vision incomplète de l’évolution du nombre d’entreprises.
Sur les sociétés enregistrés en 2006, 2301 l’ont été dans la Mohafazah du Mont-Liban (46.5%) et 1451 dans à Beyrouth (29,3%).
Ces deux Mohafazat regroupent près de 75% des entreprises libanaises récemment enregistrés. On note un grand déséquilibre par rapport aux 6 autres Mohafazat qui comptabilisent en tout 1200 entreprises enregistrées soit près de 25% des entreprises nouvellement crées. [1]

Les 5 documents suivants permettent de mieux cerner la répartition (par Caza (Qada’a)) ainsi que les classifications des entreprises selon leurs activités et leurs effectifs.

Répartition des entreprises au Liban selon leur activité
Répartition des entreprises selon leur activité en 2006(continue ou saisonière) [1]
Répartition des entreprises au Liban selon leur activité
Répartition des entreprises selon leur type d’activité en 2005 [1]
Répartition des entreprises selon leur effectif par Caza
Répartition des entreprises selon leur effectif par caza en 2005 [1]
Répartition des entreprises enregistrées en 2006 par Caza
Répartition des entreprises enregistrées en 2006 par caza [1]

Activité Agricole

Près de 62% de la superficie du Liban (6 400 km²) est composée de terres à potentiel agricole, riches en matières organiques et en acidité. [6] La moitié de ces terrains sont des prairies et pâturages, tandis que 26% sont arable et 24% connaissent une culture permanente. [6]

Les différences d’altitudes au Liban permettent une agriculture variée allant des produits quasi-tropicaux sur les plaines littorales, jusqu’aux vergers de haute altitude avec une variété de produits. Les forêts et terres boisées constituent ¼ de la superficie totale du pays. [6]

En 2006 les exportations de fruits et légumes s’élevaient à 400019 tonnes, le quart étant destiné à l’Arabie Saoudite (25%), le Koweit 16%, l’Egypte 11% et les autres pays arabes 34%. [9]

Afin d’avoir une vision plus détaillée des exportations libanaises, vous trouverez à votre disposition le document ci-dessous. Il traite du type de légumes et de fruits exportés au cours de l’année 2006.

PDF - 40.9 ko
Exportations de fruits et légumes
Détail des exportations libanaises de fruits et légumes par type (année 2006)

Effectif des Exploitants Agricoles (répartition par classe d’âge) [9]

D’après le recensement général de 1998, le nombre d’exploitants agricoles s’élevait à 194829, dont 93% sont des personnes physiques, le reste étant des sociétés. Le nombre d’exploitants agricoles a marqué une nette augmentation par rapport aux effectifs découlant du recensement de 1961 et 1970 (+36%) [9].

La grande majorité des agriculteurs disposent de faibles superficies à cultiver. En effet, 75% d’entre eux possèdent moins de 1 ha de surface agricole exploitable. [9]. Seuls 2% des exploitants agricoles ont plus de 10 ha à cultiver. [9].

La répartition des exploitants par Mohafazah (Muhafazah) montre que près d’un tiers d’entre eux (29%) se trouvaient au Liban-Nord, 22% au Mont-Liban et 18% dans la Beqaa.

C’est au niveau du Caza de Aakkar et du Caza de Baalbek qu’on relève le plus d’exploitants avec respectivement 12% et 10% d’exploitants. A l’inverse le Caza du Hermel et le Caza de Bcharreh ne comptent que 2% des agriculteurs. Enfin le Caza de Rachaiya compte le moins d’agriculteurs (1%). [9].

La répartition des exploitants par classe d’âge, montre que 23% d’entre eux sont âgés de plus de 65 ans et exploitent 24% de la surface agricole exploitable du Liban. Seuls 13% d’entre eux ont moins de 35 ans (Caza du Hermel : 28%, Caza de Hasbaiya : 19%, Caza de Aakkar : 19%, Caza de Trablous (Tripoli) : 18%) et exploitent environ 12% des terres agricoles libanaises. Enfin seul 2% des agriculteurs ont moins de 25 ans. [9].

Activité agricole et pluriactivité des exploitants agricoles [9]

Seuls 4% des exploitants du Liban exercent exclusivement une activité agricole et disposent de 49% de la surface agricole exploitable du pays (moyenne de 1.8 ha/exploitant). Les 2/3 des exploitants sont souvent dans l’obligation d’exercer d’autres activités parallèlement à l’activité agricole, principalement pour des raisons financières. 66% des agriculteurs du Caza de Zahleh exercent uniquement une activité agricole. Le Caza de Baalbek en compte 43%, celui de Aakkar 42% et celui de Saida 42%. [9].

Elevage [9]

D’après le [9], 22589 exploitants agricoles pratiquaient l’élevage de bétail au cours de l’année 1999.
Les informations fournies par le ministère de l’agriculture nous donnent un panorama de la répartition du cheptel en Unité Gros Bétail au Liban. Elle démontre une forte inégalité de répartition du cheptel au niveau national. La Mohafazah de la Beqaa comptait cette même année 48% du cheptel total libanais (en UGB) (Caza de Baalbek : 26% des UGB). La Mohafazah du Liban-Nord n’en comptait que 20%. La région qui comptait le moins de cheptel (8%) étant la Mohafazah du Liban-Sud. [9]

Pollution et risques technologiques

Face à la détérioration de l'environnement qui ne fait que s'accélérer depuis les années 90, l'Etat a crée le ministère de l'Environnement en 1993 pour tenter de trouver des mesures efficaces pouvant freiner cette dégradation constante. D'après des estimations 350 personnes meurent chaque année à Beyrouth et à Trablous (Tripoli) d'une cause ayant un lien directe avec la pollution atmosphérique.(6) Les composantes majeures de la pollution atmosphérique au Liban sont les émissions contenant des particules de plomb, le sulfure, l'oxyde de nitrogène. La combustion d'énergie fossile et certaines productions industrielles sont les principales sources locales de dioxyde de carbone (CO2). Les principaux polluants détectés dans l'air sont les oxydes de souffre (SO2), le dioxyde de carbone (CO2), le méthane (CH4), les oxydes d'azote (NOx), le monoxyde de carbone (CO) et le composant organique volatile (non méthane ou NMVOC). Les eaux souterraines polluées du fait d'un manque de réseau d'assainissement efficace se rejettent sans assainissement dans la mer et polluent le fond marin.
Vous trouverez ci-dessous un tableau détaillé des taux d'émission de polluants des différentes sources.


Emissions de polluants dans l'air - Liban - (1994)
(6)

(1000 tonnes) SO2 CO2 CH4 NOx CO NMVOC
Sources mobiles 2.686 3 957.1239 1.221 34.8786 447.2197 83.8787
   Dont transports routiers 2.6767 3 949.3890 1.1220 34.8240 447.1930 83.8708
   Dont autres sources mobiles (Transport aérien) 0.0019 7.7349 0.0001 0.0528 0.0267 0.0079
Sources fixes 80.30666 9 645.6330 1.8626 19.2302 26.4925 277.3524
   Dont certaines centrales électriques 45.0210 3 615.0540 0.1418 9.4584 0.7093 0.2364
   Dont combustion industrielle de combustibles 24.6670 2 774.0900 0.155 7.6684 1.0862 0.2559
   Dont procédés industriels 3.3820 1 924.0630 0.0111 0.0003 273.8900
   Dont autres sources fixes 7.2366 1 332.4260 1.6053 2.0923 24.6967 2.9701
Total 82.98526 13 602.7569 2.9847 54.1070 473.4122 361.2311

Pôles ou entreprises à haut risque de pollution

Parmi les nombreux types de pôles polluants au Liban, les carrières sont en grande partie responsables d'une partie de la destruction de l'environnement. Elles transforment bien souvent des terres agricoles et des espaces verts en chantiers de construction. 710 carrières opérationnelles et exploitées sans aucune autorisation pour la plupart ont été recensées en 2004,(2) près de la moitié de ses carrières se situe au Mont-Liban. Elles occupaient plus de 3 000 ha de terrains la même année et assuraient annuellement 3 millions m³ de granulats.(2) Les carrières, qui quant à elles ont obtenues des licences, ne respectent pas bien souvent les dispositions légales régissant l'extraction et la remise en l'état après fin du chantier.
Compte tenu de l'exiguïté du territoire libanais et son urbanisation grandissante, l'impact des remblais sur l'expansion des carrières doit être évalué tant sur le plan économique qu'environnemental, une politique rigoureuse de gestion et de contrôle de l'activité extractive s'avère donc nécessaire.

Dechets

Les déchets solides recensés par les études publiées se composent majoritairement de déchets ménagers et municipaux. Les déchets liquides recensés sont sous forme d'eaux usées, d'huiles, etc. Tandis que les déchets dangereux proviennent principalement des hôpitaux et des activités industrielles. La production annuelle par habitant de déchets au Liban était de l'ordre de 336 kg en 2001. Son taux de croissance fut de l'ordre de 30% entre 1994 et 2001.(7) Vous trouverez ci-dessous trois tableaux concernant les déchets, le premier traite de l'estimation des déchets solides et liquides générés par habitants, par mohafazah en 2001. Le second permet de mieux comprendre la composition des déchets municipaux générés, enfin le dernier permet de mieux cerner le traitement des déchets municipaux.


Estimation des déchets solides et liquides générés par mohafazah en 2001 (6)

  Dechets solides - Taux (Kg/Habitant/Jour) Dechets solides (Tonnes/Jour) Eaux usées (1000 m³/Jour)
Beyrouth 1.1 473 68.8
Mont-Liban 0.95 1 526 257.0
Liban-Nord (3) 0.85 731 137.6
Beqaa 0.85 488 92.0
Liban-Sud 0.95 473 80.5
Nabatiyeh 0.85 249 47.0
Liban 0.92 3 940 683

Composition des déchets municipaux (1998) (7)

Composition %
Papier - Carton 17
Textile 3
Plastic 10
Verre 9
Métaux 3
Déchets alimentaires, de jardin et similaires 51
Autres 7
Traitement des déchets municipaux en 2001 (7)

Opération Dechets - Tonnes
Tri mécanique 676 399
Traitement et récupération 158 081
    Recyclage 48 216
    Compostage 109 856
Elimination finale - Mise en décharge 599 596

Réseau routier

Le réseau routier libanais a été à de multiples reprises endommagé durant les conflits successifs qu’a connu le pays depuis plus de 30 ans. Depuis fin 2006 d’importants travaux de reconstruction, de restauration et d’entretient sont en cours, suite aux destructions qui ont eu lieu au mois d’août de cette même année.

La longueur du réseau routier était de 6.290 km en 1990, elle connu une croissance de près de 11% pendant 17 ans pour atteindre une longueur de 6.970 km en 2007. [8]

En 2007, le réseau routier dont la densité était de 667 km/1000 km², était principalement composé de 97% de routes (6800 km) et de 3% de grands axes autoroutiers (170 km). Sa longueur s’est accrue de 630 km de routes et de 50 km d’autoroutes de 1990 à 2007. [8]

Le parc de véhicules enregistrés

Le nombre de véhicules enregistrés au Liban en 2007 s’élevait à 70.659 unités. La plupart d’entre eux étaient des véhicules dit « de tourisme » à usage privé (67%), les deux roues ne représentaient que 17% des véhicules enregistrés cette même année. Les autres véhicules enregistrés étaient à usage professionnel commercial ou industriel, soit de transport de marchandises (13%), soit de transport de personnes (2,5%), ou encore de véhicules à usage agricole (0,5%). [1]

Accidents de la route

En 2007, près de 4.289 accidents de la route ont été officiellement déclarés. Ces accidents ont connu un bilan assez lourd en matière de victimes, En effet, 487 personnes ont été tuées et 5.165 personnes blessées sur la route. [10]

Activité Portuaire

Ce tableau nous permet de cerner l’ensemble de l’activité de chaque port du Liban pour l’ensemble de l’année 2007.

Activités des principaux ports libanais en 2007 [2]

Port Bateaux Capacité des Bateaux en tonnes Pétroliers Capacité des pétroliers en tonnes Déchargement de cargos en tonnes Chargement de cargos en tonnes
Beyrouth 2,053 283,486 126 17,426 4,425,579 891,965
Pic d’activité March (11.0%) March (9.8%) January (12.7%) January (11.3%) Octobre (10.2%) May (10.9%)
Trablous (Tripoli) 847 1,154,319 103 1,130,873 544,739 224,654
Pic d’activité Juillet (10.2%) Mars (12.5%) Septembre (17.5%) Septembre (18.6%) Septembre (14.1%) Août (18.2%)
Tyr (Sour) 64 108,386 - - 8,138 0
Pic d’activité Mai, Juin, Juillet (13.6%) Juillet (15.2%) - - Juin (22.8%) -
Saida (Sidon) 250 253,087 28 21,728 161,682 37,314
Pic d’activité Juillet (13.6%) Juillet (14.1%) Janvier (21.4%) Janvier (21.4%) Mars (11.2%) Mars (15.6%)
Jiyeh & Zahrani 75 236,583 165 1,799,941 189,225 86,160
Pic d’activité Septembre (14.7%) Octobre (16.4%) Juillet (11.5%) Février (10.7%) Juillet (29.1%) Décembre (48.8%)
Jounieh - - 51 745,293 - -
Pic d’activité - - Août (11.8%) Février (13.1%) - -
Total 3,289 2,035,861 473 3,715,216 5,329,363 1,240,093

Hydrologie

Du point de vue hydrologique, le Liban dispose de 2 000 rivières, de 40 fleuves, dont 17 pérennes et 23 saisonniers. La longueur totale des fleuves est de 730 km. La quantité d'eau superficielle et souterraine est de l'ordre de 2.6 milliards m³, tandis que 2 milliards étaient effectivement exploitables en 2005.(2)
Durant les nombreux conflits qu'a connu le Liban, une très grande partie (75%) des 80 stations de mesure construites dans les années 1960 ont été détruites. Ce qui a réduit les monographies hydrologiques des bassins élémentaires, d'où un bilan hydrologique assez imprécis. Actuellement, 41 stations de jaugeage du Service des Ressources en Eau, qui dépendent de l'Office National du Litani, reprennent la mesure du réseau hydrométrique.(2)

En 2006, près de 76% de la population libanaise est connectée au réseau public d'eau, mais seulement 60% de la population a un accès à l'eau. Le Liban exploite en moyenne un milliard m³ d'eau par an par l'intermédiaire des Etablissements des Eaux et 250 millions m³ par les forages et captages privés (33 410 puits individuels).(2) La consommation annuelle domestique est de l'ordre de 195-405 millions de m³, alors que pour  l'irrigation elle s'élève à 670-875 millions de m³. Les consommations pour l'industrie sont de l'ordre de 35-65 millions de m³.(7)

titre documents joints

Carte des Centres Administratifs du Liban