Administration territoriale du Liban  |  Liban  |  Mohafazah de Baalbek-Hermel  |  Caza de Baalbek

Baalbek

Par Localiban | - mis à jour :

English |  عربي

Baalbek (بعلبك) est une collectivité locale libanaise, qui se situe dans le Caza de Baalbek (District), l'une des subdivisions administratives de la Mohafazah de Baalbek-Hermel (Gouvernorat). Elle est membre d'une union de municipalités, la Fédération des Municipalités de Baalbek.

Situation

Distance de Beyrouth (kilomètres) Altitude (mètres) Surface (hectares)
85 1 170 3 742

Adresse de la Municipalité

Source(s) : Bureau du Ministre d'Etat pour la Réforme Administrative (OMSAR)
Numéro de Téléphone Numéro de Fax Adresse Mail Sites Web
08/ 370 214 - 377 019 - 377 150 08/ 377 350 baalbeckmunicipality@hotmail.com

Données électorales

Source(s) : Ministère Libanais de l'Intérieur et des Municipalités
Données électorales 2010
Electeurs inscrits Effectifs du conseil municipal Effectifs moukhtar
Données électorales 2016
Electeurs inscrits Effectifs du conseil municipal Effectifs moukhtar

Revenus via la Caisse Autonome des Municipalités

Source(s) : Journal Officiel (République Libanaise)
Année Revenus (Milliers de Livres LBP)
2014 3 335 843
2013 2 993 265
2012 2 955 902

Enseignement

Source(s) : Central Administration of Statistics (Lebanese Presidency of the Council of Ministers) - Bureau du Ministre d'Etat pour la Réforme Administrative (OMSAR)
Etablissements scolaires (2006) Public Privé Elèves scolarisés dans le public Elèves scolarisés dans le privé
36 10 26 3 668 9 090

Instituts d'enseignement supérieur Public Privé
- - -

Coopération décentralisée

| 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 |

Hôpital gouvernemental de Baalbek
Adresse Rue Ras el Aïn
Numéro de Téléphone   08/ 370 470
Numéro de Fax    08/ 370 309
Boîte Postale -
Adresse Mail -
Type Public
Capacité (Lits) 20

Hôpital Ibn-Sina
Adresse Rue Principale
Numéro de Téléphone   08/ 371 811 - 376 811
Numéro de Fax    08/ 376 811
Boîte Postale -
Adresse Mail -
Type Privé
Capacité (Lits) -

Pollution et risques technologiques

Aucun pôle polluant majeur ni aucun pôle à haut risque technologique n'ont été recensés dans la municipalité même.

Carte du réseau routier

Carte du risque de désertification

Carte des fleuves et sources

Histoire 5

Des siècles durant, les Temples de Baalbek restèrent enterrés sous des mètres et des mètres de décombres, cachés sous les fortifications médiévales. Pourtant, même en ruines, le site parvenait à imposer l’admiration des visiteurs, et son importance historique était pleinement reconnue.

Les premiers travaux de prospection et de restauration de Baalbek furent entamés par la Mission Archéologique allemande en 1898. En 1922, des spécialistes français entreprirent des travaux de recherche et de restauration extensifs des temples, une tâche poursuivie par La Direction Générale des Antiquités libanaise.

Les Temples de Baalbek furent érigés sur un ancien tell qui remonte au moins à la fin du troisième millénaire avant J.C. Il y a très peu d’informations sur le site à cette époque, mais durant le premier millénaire avant J.C. par contre, des sources confirment qu’une cour fermée fut construite au-dessus de l’ancien tell. Un autel fut érigé au centre de cette cour, selon la tradition sémitique des hauts-lieux mentionnés dans la Bible.

Durant la période hellénistique (333-64 avant J.C.), les Grecs identifiaient le dieu de Baalbek au dieu du Soleil, ce qui doit à la cité le nom de Héliopolis ou « Ville du Soleil ». En ces temps, l’ancienne cour fermée fut agrandie et un podium fut dressé sur son côté ouest afin de soutenir un temple de forme classique. Bien que le temple n’ait jamais été érigé, il n’en reste pas moins que l’on peut toujours de nos jours observer quelques énormes structures de ce projet hellénistique. Les Romains placèrent la Grande Cour actuelle du Temple de Jupiter au-dessus de l’ancienne cour.

Les travaux du temple débutèrent au cours du dernier quart du 1 er siècle avant J.C. et furent presque achevés à la fin du règne de Néron (37-68 après J.C.). Le complexe de la Grande Cour du Temple de Jupiter, avec ses portiques, exèdres, autels et bassins fut construit au 2 ème siècle de l’ère chrétienne. Et c’est à la même période que l’édification du Temple de Bacchus débuta.

Les Propylées et la Cour Hexagonale du Temple de Jupiter furent ajoutés sous les Sévères, dynastie qui régna de 193 à 235 après J.C. ; les travaux furent sans doute achevés vers la moitié du 3 ème siècle. La petite structure ronde connue sous le nom du Temple de Vénus, fut probablement achevée à cette même période également.

En 313 après J.C., quand l’empire romain proclama le christianisme comme religion officielle, l’empereur Constantin ferma officiellement les portes du Temple de Baalbek. A la fin du 4 ème siècle, l’empereur byzantin Théodose démolit les autels de la Grande Cour du Temple de Jupiter et érigea une basilique, à l’aide des pierres et des éléments architecturaux du temple. Les ruines des trois absides de cette basilique, orientée à l’origine vers l’ouest, sont toujours visibles au niveau supérieur des escaliers menant au Temple de Jupiter.

Suite à la conquête arabe en 636 après J.C., les temples furent transformés en citadelle ou qalaa, terme toujours appliqué à l’acropole de nos jours.

Dans les siècles qui ont suivi, Baalbek tomba successivement aux mains des Omeyyades, des Abbassides, des Tulunides, des Fatimides et des Ayyubides. Saccagée par les Mongols vers 1260, Baalbek profita par la suite d’une période de calme et de prospérité sous le règne des Mamelouks.